Jack Ledru

Jack Ledru, né en 1922, est installé depuis les années soixante à Athée sur-Cher

Il effectue ses études musicales au Conservatoire de Paris où il remporte un prix de piano. Il commence sa carrière artistique en accompagnant les plus grandes vedettes de la chanson (Georges Guétary, Lucienne Delyle, Suzy Delair, Charles Trenet…). Puis il compose des chansons dont certains titres demeurent célèbres : Téléphonez-moi chérie, Sensual, À la Française, etc. Il écrit des pièces instrumentales et vocales et un ballet créé à Lille en 1967 : Le Baiser. Il dirige les orchestres de la radio, de la télévision puis de nombreux théâtres(Mogador, Châtelet, Théâtre de Paris et province). C’est en 1954 qu’il aborde l’opérette sous la forme de comédies à couplets ; il compose ainsi pour Roger Nicolas Mon P’tit Pote (à Paris au théâtre L’Européen), qui restera à l’affiche plus de trois ans. Pour le célèbre amuseur, il écrira encore Bidule (1959) et À toi de jouer (1961). À partir de 1962, il aborde l’opérette traditionnelle, tout d’abord en offrant à Rudy Hirigoyen Farandole d’amour, qui se jouera en province. La grande consécration lui est fournie par Henri Varna : pour le Théâtre Mogador de Paris, et le duo Marcel Merkès-Paulette Merval, il compose Michel Strogoff (1964) et Vienne chante et danse (1967), dont on connaît la réussite. La capitale faisant ensuite grise mine à l’opérette, c’est en province, comme son collègue et ami Guy Lafarge, qu’il pourra encore s’exprimer : C’est pas l’Pérou (1977), Quadrille Viennois, où il ressuscite des airs de Franz von Suppé en ajoutant ses propres compositions ; La peur des coups, d’après Courteline, jouée au Grand-Théâtre à Tours (1977). Il compose encore, en collaboration avec Guy Lafarge, Le Petit Café (Mulhouse, 1980) et La Cagnotte (Lille, 1983) ; avec Paul Bonneau, La Parisienne (Tours, 1982). Enfin, il réunit la musique de divers compositeurs pour l’opérette Paris Belle Époque de Jean-Claude Delhumeau et Edgar Duvivier.

Grand ami de l’Académie Francis Poulenc, qu’il suit régulièrement, il a composé nombre de mélodies dont certaines ont été créées lors de stages de l’Académie ; ainsi son dernier cycle, sur des poèmes de Ronsard, Sur les sept âges de l’homme, dont la création a eu lieu le 17 avril 2011 au Prieuré Saint-Cosme, à La Riche.